Le focus stacking en un clic avec CombineZP

CombineZP permet d’assembler plusieurs photos à différentes distances de mises au point pour créer une image sans flou et totalement nette sur toutes ses zones. Il s’agit d’un logiciel open source (donc gratuit) de focus stacking et très simple d’emploi.

Lorsque vous prenez une photographie, vous choisissez quel est l’objet qui aura le focus ou, autrement dit, sur quel objet vous ferez la mise au point. Avec les APN cela peut être automatique (avec des fonctions de détection du visage, par exemple); en fonction de l’orientation du boîtier (l’APN détecte l’objet visé) ou encore différent avec les APN récents à écran tactile (tel que le Sony DSC-TX10) qui permettent de cliquer sur l’objet sur lequel on souhaite faire la mise au point.

Sur cette photographie, l’objet sur lequel on a fait la mise au point est net, au contraire des autres objets au premier ou au second plan qui sont flous. L’idée du focus stacking est d’assembler plusieurs images (sur lesquelles on a choisi à chaque fois des objets différents pour la mise au point) de manière à obtenir une image totalement nette, sans zone floue.

Un exemple concret

Prenons l’exemple de cette image totalement nette (cliquez sur l’image pour afficher l’image dans sa définition d’origine). Le texte du feutre au premier plan est net. Le logo et les touches du clavier sont également nets. Cette image est en fait un assemblage de deux autres images par la méthode du focus stacking.

Résultat avec CombineZP

Résultat avec CombineZP

Sur cette première image (source 1 du focus stacking), le texte du feutre au premier plan est net, mais pas le logo et les touches du clavier.

Mise au point sur le feutre

Mise au point sur le feutre

Sur cette deuxième image (source 2 du focus stacking), le texte du feutre au premier plan est flou, mais pas le logo et les touches du clavier.

Mise au point sur le fond

Mise au point sur le fond

Principe de fonctionnement du focus stacking

Principe de fonctionnement du focus stacking

Principe de fonctionnement du focus stacking

Comme on le voit sur ce schéma, le principe est de sélectionner une série d’image (la stack, ou pile en français). Puis le logiciel de focus stacking – selon ses capacités – va effectuer une série de traitement :

  1. L’utilisateur sélectionne une série d’image à assembler.
  2. Le logiciel détermine l’alignement idéal (certains logiciels n’en sont pas capables). Très utile lorsque les photos n’ont pas été prises depuis un trépied car le logiciel est capable d’harmoniser le cadre de l’image ainsi que les légères variations d’angle de prise de vue.
  3. Le logiciel détecte les différentes zones de l’image et détermine quels sont les pixels les mieux exposés (ceux qui ne sont pas flous).
  4. Les meilleures zones issues de la pile des images (stack) sont assemblées dans l’image finale, de netteté égale sur tous ses plans.

Rapide tutoriel sur CombineZP

Barre d'outils du logiciel CombineZP

Barre d’outils du logiciel CombineZP

Pour arriver simplement à un résultat, ouvrir CombineZP et sélectionner les images que vous souhaitez combiner. Soit le logiciel vous propose une boîte de dialogue de choix des images dès l’ouverture, soit vous pouvez l’ouvrir en cliquant sur le bouton « New » de la barre d’outils. A cette étape, il s’agit de choisir les images de la stack (celle qui constitueront l’image finale).

Dans la liste déroulante, choisir « All methods ». Avec ce choix, tous les algorithmes de CombineZP seront appliqués les uns à la suite des autres (alignements, …). Puis cliquer sur le bouton Go.

Après quelques minutes de traitements, l’image finale apparaît. On peut alors choisir une zone (car l’image résulte est plus grande qu’une des images de la pile. Et enregistrer cette image à l’aide du bouton « Save ».

Conclusion

Il existe d’autres logiciels gratuits et payants qui gèrent cette fonction (par exemple, Adobe CS4), mais parmi les gratuiciels, CombineZP est le plus simple d’emploi et il permet d’obtenir un résultat correct en un seul clic (j’ai pas mal galéré avec Hugin avant d’avoir un résultat et moins bon…).

Pour la petite histoire, sachez que cet article m’a été inspiré par la lecture d’un article sur le robot Curiosity (Mars Science Laboratory). Un de ses équipement (MAHLI) est une caméra (pour les prises de vue microscopique) complétée d’un logiciel de focus stacking.

Avec les progrès des CPU embarqués sur nos APN, sans doute que cette fonction se généralisera pour le grand public dans les années à venir. Car pour l’instant, au lieu de faire du focus stacking, les appareils haut de gamme ont un mode anti-flou qui consiste simplement à sélectionner l’image la moins floue parmi quelques prises de vue en rafale. Je pense que d’ici dix ans, les APN proposeront une fonction intelligente de focus stacking.

Cette nouvelle fonction serait plus rapide que CombineZP à cause des informations déjà disponibles sur les APN et des nouveautés qui vont arriver inéluctablement dans nos boîtiers :

  • L’APN connaît les informations sur l’ouverture focale, le zoom ainsi que la zone de focus…
  • L’intégration croissante des puces GPS dans les APN permet de stocker la géolocalisation d’un cliché dans les informations du fichier image. Je pense que les prochains APN embarqueront un compas numérique ainsi qu’un gyroscope trois axes. Les utilisateurs pourront ainsi reconstruire une vue panoramique de leurs clichés en 3D (à la manière de Google Street ou de PhotoSynth) en quelques clics. Ainsi les calculs d’alignement et d’harmonisation des angles de prise de vue en seraient accélérés.

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *